Les intervenantes

Beatriz ACUÑAMarie BARDET

Beatriz ACUÑA

Je suis née et j’ai grandi à Santiago du Chili.

Depuis toute petite j’ai été fascinée par l’âme et son expression, le monde intérieur et son mystère. J’ai choisi l’art de la danse comme expression de celle-ci. Je fais des études de danse classique et contemporaine, cette passion devient ainsi mon métier.

À 22 ans, le contexte politique au Chili et mon amour pour la danse me font quitter mon pays. Arrivée en France, la danse remplit toujours ma vie. Je travaille comme artiste chorégraphique dans différentes Compagnies de danse contemporaine et voyage en Europe, Amerique du nord et du Sud, Afrique et Asie. Je travaille aussi comme Chorégraphe et crée sept pièces de danse contemporaine. Ma vie d’artiste me remplie mais je sens un appel profond vers la spiritualité.

Je me tourne vers la méditation Vipassana telle que l’enseigne SN Goenka, je trouve dans cet enseignement un chemin, une voie.

Je commence une école d’ostéopathie Cranio – Sacré, la Méthode Poyet au C.T.M.E avec Claude Rossat puis Ostéo Biodynamique avec julie Jaubert.

Je croise le chemin de Pierre Philippon maître Zen (butsu’un-ken) de l’école zen Sambô Kyodan avec qui je m’engage en tant qu’élève dans la voie du Zen.

Les intervenantes

Un nouvel appel vient à moi. Le mystère de l’être et du monde invisible sont encore à ma porte. Je rencontre deux Chamanes, Laurent Huguelit (FSS, Foundation for Shamanic Studies), en France, et Luz Clara, au Chili (tradition Mapuche), qui me montrent le chemin vers le monde des esprits, le chamanisme, l’ouverture du cœur.

Je poursuis l’enseignement de la FSS avec Laurent Huguelit, Roland Urban et Ulla Straessle et m’engage dans le travail de soins chamaniques. En 2018 la FSS me propose d’intergrer le corps enseignant de la fondation et je deviens « Faculty member« .

Mon travail de soin chamanique est le résultat de ma vie entre l’art et le soin, entre deux continents, entre deux cultures : Celle de mon pays le Chili et la France.

Accompagnée de mes esprits guides, dans le respect des êtres vivants, du monde naturel, du monde ordinaire et non ordinaire et avec le monde du rêve et l’ouverture du cœur comme guidance, j’inscris et poursuis aujourd’hui mon travail chamanique.

Marie BARDET

« Ma vie est consacrée à l’écriture. La Terre où nous vivons est ma principale source d’inspiration et d’enseignements : les forêts, les peuples qui les habitent et tout ce qui peut témoigner d’une façon d’être au monde, d’exister.

« Livrer passage » à un texte est souvent chose ardue. Peu à peu j’ai pris conscience que ce qui bloque parfois mon processus créatif est souvent lié à ce qui en moi ne vit pas.

J’ai donc cherché des pratiques pour m’aider à me clarifier et rester en contact avec la création. Le travail de Graaf Durckheim, qui rend attentif à la façon dont l’âme vibre en nous, au corps qui la contient, m’a beaucoup apporté. Dans cette voie, j’ai suivi l’enseignement de Christiane Singer, de Vera Kohn, d’Hildegard Wiedmann et de Wolfram Helke. Que ce fut par la pratique du Zazen, de l’argile, du dessin méditatif, des contes sacrés ou du toucher corporel, j’ai senti qu’il s’agissait surtout d’ouvrir un espace de rencontre, de connexion avec quelque chose en nous de mystérieux et de profond.

Puis j’ai découvert en Amérique du sud, auprès des peuples premiers, l’enseignement humble et puissant de ceux qui prennent soin chaque jour de la terre sans se poser de questions. Ce que c’était que vivre « avec » la forêt, la montagne, et comment cette présence attentive ouvrait un dialogue constant avec le vivant. Cette relation de l’homme à tout ce qui l’entoure m’a semblée juste et profondément inspirante. En lien étroit avec ce que vit la terre aujourd’hui.

Ensuite, j’ai suivi les enseignements de la FSS avec Laurent Huguelit, Angeline Bichon, Roland Urban et Ulla Straesse.

Les intervenantes

« Le tambour pour rester en contact avec la création… »

La FSS est née de la rencontre d’un anthropologue, Mikael Harner, avec les peuples premiers. Pour la première fois, des rituels, des pratiques jusques-là gardées secrètes, étaient transmises pour que les occidentaux que nous sommes puissent se reconnecter avec des esprits, des forces capables de les accompagner dans leur vie de tous les jours et dans ce que la terre traverse aujourd’hui.

Il y a aussi que le tambour travaille en nous cette qualité de réception, d’ « os creux » qui a tout à voir avec la création. Un voyage au tambour est une expérience poétique bouleversante : les images, les sensations, les enseignements qui surgissent lors d’un voyage viennent indiscutablement d’un autre espace mais pour nous donner des outils concrets, nous aider dans notre quotidien.

Le tambour chamanique réveille en nous cette vieille mémoire du monde, où l’homme et la terre étaient intimement reliés. Par lui, nous retrouvons le bonheur tout simple de ces dialogues de cœur à cœur avec la vie qui nous entoure. Un cercle de bois, une peau de bête, un bâton… et la connexion est rétablie !

C’est lors de ces formations que j’ai rencontré Béatrice Acuña, avec laquelle j’ai le plaisir d’animer les stages FSS aujourd’hui. »

LES INTERVENANTES

Marie BARDET

23 rue du Chariot d’or
69004 LYON

Beatriz ACUÑA

La Source – 15 quai Jongkind
38000 GRENOBLE